Catégorie: bazar

remember september

hij!

this kitchen is made for dancing

septe

septembre c’était une fin de vacances, la campagne et la famille, le concert de rentrée, des au-revoirs, puis un changement de vie,  un tourbillon de nouveautés, des kilomètres en train puis en métro, à pieds, des cafés et des journées du patrimoine, des musées et des soirées, de la musique de l’art du métro un nouvel emploi du temps encore du métro des nouveaux visages de nouvelles aventures
ici on part sur une régularité nulle, sur une spontanéité imprévisible et sur un article bazar en retard : septembre et ses découvertes

tumblr_oi4jl0e9qj1urno5wo1_500on n’a JAMAIS tout vu


UNE ARTISTE

victoria

De Mexico a Londres, pour à nouveau retrouver le Mexique, Victoria Villasana est une artiste textile qui a fait ses classes en design à l’ITESO University mais aussi dans l’univers street art de Londres (reconnue pour sa féminité rebelle et ses images multiculturelles).
Elle part avec des photos plutôt vintage (des icônes etc) et les travaille avec de la broderie colorée, souvent mettant en valeur les yeux : elle se dit intéressée par les cultures et l’esprit humain, la manière dont leurs rapports s’organisent dans un monde post digital fragmenté. Son travail est décrit comme « dynamique » dans le sens où il déborde souvent du cadre (« on accepte l’imperfection, la fugacité ») et est maintenant famous, faisant l’objet d’expositions et d’installations.

Et j’aime beaucoup le fait que ce soit ultra coloré, avec les photos en noir et blanc le constate est assez intéressant, permet de mettre en avant certains détails de perception. L’effet moderne qui se dégage de ces images est aussi très cool, et j’adore le mélange de matières et de « volume » (l ‘image plane – la broderie en relief).

article ici, @villanaartvictoriavillasana.com


DES KILOMETRES

pnapnpanme

Des endroits improbables à Paris il y en a partout, mais encore faut il le savoir, le soupçonner. Des bribes, un peu dans le désordre, parce que septembre, c’était suffisamment de temps libre pour partir en exploration.
Le musée Picasso a été une belle découverte, une assez bonne retrospective sur l’oeuvre de Picasso, ses différentes inspirations, ses périodes, ses réalisations.
Mais aussi : une nocturne au musée d’Orsay avec les portraits de Cézanne avec un concert de la maison Tellier / les journées patrimoines et l’ambassade d’Angleterre, la SACD, des jardins et même une église orthodoxe (gros programme)/ une table ronde dans un centre contemporain (sur l’engagement des intellectuels au XXIe siècle) et autres errances. Vraiment, je me demande parfois ou je suis mais ça vaut le coup.


UN FILM (OU DEUX)

danseuse.png

La danseuse, un film que j’avais envie de voir depuis sa sortie et qui pourtant a passé un moment sur la liste de « quand j’aurai le temps ». J’ai eu le temps, et zéro regret. Un film de danse, un dandy (gaspard ulliel)(!!!) et de l’art, une atmosphère d’époque, et une histoire envoutant et un casting de pointe. J’ai été captivée par la douceur, la fougue et les enjeux de cette intrigue, et le film est esthétiquement très réussi.

synopsis : Loïe Fuller est née dans le grand ouest américain. Rien ne destine cette fille de ferme à devenir la gloire des cabarets parisiens de la Belle Epoque et encore moins à danser à l’Opéra de Paris. Cachée sous des mètres de soie, les bras prolongés de longues baguettes en bois, Loïe réinvente son corps sur scène et émerveille chaque soir un peu plus. Même si les efforts physiques doivent lui briser le dos, même si la puissance des éclairages doit lui brûler les yeux, elle ne cessera de perfectionner sa danse. Mais sa rencontre avec Isadora Duncan, jeune prodige avide de gloire, va précipiter la chute de cette icône du début du 20ème siècle.

marieneozitkre.png

Mais aussi gros coup de coeur pour Marie-Antoinette, de Sofia Coppola, pas tant pour l’intrigue mais pour son incroyable richesse visuelle : couleurs, matières, reconstituions. Il est aussi intéressant de voir l’insolence de Marie-Antoinete face aux innombrables conventions qui l’entourent, dans un monde à la fois solennel et ivre de fête : « BIJOUX, FÊTES, VOLUPTÉ » comme l’exprime le Monde. Aussi « s’agissant d’un film sur l’adolescence (éternelle), il s’agit aussi d’un film sur la hantise de l’ennui, l’insouciance de la dépense, le sexe (ses ratés, ses ivresses), les pâleurs vagues et fuchsia, les spirales d’abandon, le culte de la new wave, du quotidien éthéré, de la vie dissipée » (le Monde).

synopsis : Évocation de la vie de la reine d’origine autrichienne, épouse mal-aimée de Louis XVI, guillotinée en 1793.Au sortir de l’adolescence, une jeune fille découvre un monde hostile et codifié, un univers frivole où chacun observe et juge l’autre sans aménité.
Mariée à un homme maladroit qui la délaisse, elle est rapidement lassée par les devoirs de représentation qu’on lui impose. Elle s’évade dans l’ivresse de la fête et les plaisirs des sens pour réinventer un monde à elle.
Y a-t-il un prix à payer à chercher le bonheur que certains vous refusent ?


UN TWEET
Capture d’écran 2017-11-22 à 23.34.03.png
je vous laisse mes pâtes m’attendent, mais sinon septembre c’était cool et j’espère que pour vous aussi (c’est loin, mais ça stimule la mémoire)

la bise,
claire

Publicités

remember august

hi !

l’ennui gagne les fainéants dépourvus d’imagination

aoutttt

août, on lui a dit plus qu’au revoir cette fois, on le regarde au loin, aout qui est reparti avec son soleil, ses étoiles, sa mer, sa nonchalance, son insouciance et ses longues journées d’été.
j’ai aimé août, les vagues, écrire des cartes postales, la tarte aux framboises, me dire que j’adore la contrebasse, chiner un échos de mode de 1947, faire du granola, profiter de ma famille, retrouver mes copains
et puis, en chemin, j’ai découvert des trucs sympas, et ces trucs les voilà, article bazar here we are

tumblr_owp51hdqt01sparypo1_500action


UN ARTISTE

todd mclellan« It all started from a kindergarten finger-painting class and grew from there. « 

Todd McLellan, et particulièrement son projet « Things Comme Apart » (2009) m’ont interpellée. En décomposant des objets du quotidien – rétros comme modernes, il explore une nouvelle perspective de leur nature, remet en question les modes de consommation. Le sens d’une machine à écrire, d’un vélo, change complètement une fois désassemblés, ré-arrangés et photographiés par ses soins.
« Ensuite, Todd a voulu leur donner une seconde histoire, ou comme il explique « une double personnalité », en les photographiant alors qu’on les jette dans les airs. Le résultat est captivant. »
Canadien, il a étudié la photographie à l’Alberta College of Art + Design et s’associe a d’autres artistes notamment avec freesociety.

« Quand j’étais enfant, je m’amusais à casser les petites voitures de mes frères avec un marteau. Heureusement, avec le temps, ma façon de démonter les objets est devenue plus raffinée. J’ai commencé par collecter des choses anciennes. Je voulais m’intéresser à la manière dont elles avaient été construites et à la façon dont elles fonctionnaient. Alors, j’ai commencé à photographier très simplement des pièces décomposées. « 


DES KILOMETRES

AOUT

Après la montage, la mer. Puis la campagne. Du bleu, du vert, des kilomètres.

L’île d’Oleron, l’océan, les cartes postales, les descentes en vélo, les tentatives de surf, l’aquagym, les coquillages, les couchers de soleil, la douceur de vivre, bien manger.
La Corrèze, les « plus beaux villages de France », le kayak, la pluie, les fleurs séchées, la verdure, les gouffres, les ciels de feu et leur nuages.
La Campagne, les diners en famille, le feu d’artifice, les nuances du ciel, les étoiles, les fanions.


UN FILM

demiosellesrochefort

Une comédie musicale de 1967 par Jacques Demi, un classique ? Who knows, je ne l’ai regardé qu’en août, et j’ai adoré. Les Demoiselles de Rochefort, c’est un « émerveillement cinématographique ». Catherine Deneuve et Françoise Dorléac, les chorégraphies, les tons pastels, la maitrise de la réalisation, les musiques (bon pour le coup ça fait deux mois que je l’ai dans la tête, mais elle est trop cool). L’histoire n’est pas folle, on pourrait parler d’un « incessant chasser-croiser romantique ». Blablabla ils se croisent tout le temps « oh delphine je crois que j’ai rencontré l’homme de ma vie », c’est un peu niais mais c’est aussi tout le charme du film, de l’époque. Et c’en est drôle, lumineux.

synopsis : Delphine et Solange sont deux jumelles de 25 ans, ravissantes et spirituelles. Delphine, la blonde, donne des leçons de danse et Solange, la rousse, des cours de solfège. Elle vivent dans la musique comme d’autres vivent dans la lune et rêvent de rencontrer le grand amour au coin de la rue. Justement des forains arrivent en ville et fréquentent le bar que tient la mère des jumelles. Une grande foire se prépare et un marin rêveur cherche son idéal féminin


UN TWEET
Capture d_écran 2017-09-23 à 19.50.55


août, avec un peu de retard, presqu’un peu de nostalgie, des souvenirs, des explorations, ça va vous ?

la bise,
claire

remember july

holà les loulous

« we live on a blue planet that circles around a ball of fire next to a moon that moves the sea, and you don’t believe in miracles ? »

juillet

Qu’est ce que j’ai aimé juillet. Il y a eu les répétitions de piano et de danse, le ballet, paris puis la montagne. En famille à 1000m puis entre copains à 1600m.
Juillet c’est le soleil, porter des jupes, les abricots, ça a été un peu de sport, du rire, de la musique. Pas trop le temps de s’ennuyer, mais les vacances sont loin d’être finies, et tant qu’on y est un petit article bazar, comme ça, hop.

tumblr_omnh28niue1vdutd9o1_500du vichy et des fleurs, c’est moi (presque)


UNE ARTISTE

exporetz

Artiste contemporaine italienne, Francesca Pasquali développe à travers l’observation de la nature une riche recherche artistique, qui aboutit à des installations et des oeuvres ayant la particularité d’être pour la plupart réalisées à partir de matières industrielles, plastiques etc. Par exemple, l’exposition à laquelle je me suis rendue galerie Tornabuoni Art reprenait des travaux composés de pailles (série straws), de balais, d’élastiques ou en néoprène (frappa). C’est coloré, parfois complexe, évocateur, surprenant, et c’est d’autant plus cool puisqu’elle nous invite à toucher les oeuvres (!!) (pas comme dans les musées) pour stimuler d’autres sens que la vue.

« Se revendiquant de l’arte povera (courant artistique sublimant les objets du quotidien), la jeune femme crée du merveilleux avec trois fois rien. Des tableaux-paysages et des installations monumentales constituées de simples pailles, d’éponges, d’élastiques, etc.  » (instant parisien)

Une vidéo est projetée dans l’une des salles, que j’ai trouvé particulièrement intéressante pour comprendre le travail de Francesca, son inspiration des microcosmes, son rapport à la matière, aux oppositions, au mouvement et à la perception. Vous pouvez d’ailleurs la retrouver ici (en + elle parle en italien, c’est trop agréable).

« I’ve always thought art as an entity that should be totally involved with the observer.
When I find a proper space, I need to invade it with my artworks. I love to work on installing the “environment” so that the viewer, once “entered the sculpture”, is swallowed up by the material itself. This is the stimulus that causes the viewer to perceive with the senses of the body’s work: sight, touch, hearing. »

@francescapasqualiarchivefrancescapasquali.com


DES KILOMETRES

parisjuly

Paris, pour le red tape, et puis pour le musée de la vie romantique, les cousines, la galerie passage de retz.
Au musée de la vie romantique il y a une expo très cool « le pouvoir des fleurs », qui reprend le travail de Redouté mais aussi d’autres oeuvres sur cette thématique (prolongée jusqu’à fin octobre). C’est intéressant de voir l’importance qu’avaient l’art floral et les sciences botaniques au moment du XVIII/XIXe.

Entre science et beaux-arts, Pierre-Joseph Redouté incarne l’apogée de la peinture florale ; surnommé le «Raphaël des Fleurs», il est devenu un modèle encore célébré aujourd’hui grâce à l’élégance et à la justesse de son interprétation d’une nouvelle flore venue orner les jardins entre la fin de l’Ancien Régime et la Monarchie de Juillet.

« la fleur donne le miel : elle est la fille du matin, le charme du printemps, la source des parfums, la grâce des vierges, l’amour des poètes, elle passe vite comme l’homme, mais elle rend doucement ses feuilles à la terre » (Chateaubriand, 1802)

Et dans le Marais, la galerie Tornabuoni Art consacrait à Francesca Pasquali une exposition (jusqu’au 23 septembre) dont je vous ai parlé plus haut.

lamontagne

La montagne, c’est magique. En été ce sont les sapins, les lacs turquoises, des vues incroyables, les vallées, les couchers de soleil et une belle lumière. C’est ressourçant je crois, sportif aussi, et dépaysant. C’était « le temps des copains et de l’aventuuuure » u know (et de la famille aussi, différent mais tout aussi génial).


UN FILM

louemoi

En juillet, j’ai vu que Deborah François jouait dans un nouveau film : Loue moi. La bande annonce était cool, et même si ce n’est pas le film le plus intellectuel de l’été (la critique n’est pas ouf), j’ai adoré. C’est plutôt un feel good movie, du genre qui te donne le sourire, te fais oublier qu’il n’y a pas de clim dans la salle, et dont les personnages sont attachants. J’aime beaucoup Deborah François (depuis les tribulations d’une caissièrepopulaire)(d’ailleurs elle a parfois des airs de lily rose depp non ?), et la question du mensonge est un axe plutôt cool.

synopsis : Léa, 27 ans, n’est pas la brillante avocate qu’imaginent ses parents. En réalité, avec Bertille sa meilleure amie et colocataire, elle a monté une agence proposant de « louer » leurs services pour tous types de missions. De ramasseuse de balles à fille aimante, de conseillère conjugale à belle-fille idéale, Léa jongle avec les identités jusqu’à s’y perdre elle-même.
Alors quand son amour de jeunesse réapparait et se retrouve mêlé malgré elle à un de ses mensonges, les choses vont rapidement lui échapper…


UN TWEET
Capture d’écran 2017-06-18 à 00.32.17.png


c’est tout pour juillet, c’était carrément chouette et août part plutôt bien de son côté.
what’s up vous ? vos découvertes ? vos vacances ? vos errances ?

à bientôt pour de nouvelles aventures,
claire

 

remember june

hi!

« j’aime penser que la lune est là même si je ne la regarde pas » Albert Einstein

yt jtddj

Juin, le sixième mois de l’année, le mois du bac, des révisions, d’apb, puis de l’été, du soleil, des copains, de la musiques et des vacances. Après coup je dirai que c’était cool, parce que oui la pression, la chaleur étouffante et le « stress » mais surtout la fin du lycée, le bal de promo et la bonne humeur.
Une petite escapade pendant pentecôte, la fête du cinéma et quelques errances internet plus tard, c’est le retour de l’article de bazar (d’ailleurs je change le titre, parce qu’il y a déjà un bye june) !

tumblr_oielmnzztp1rymr5wo1_500qd je suis arrivée devant ma table le 15 juin pour le bac


UNE ARTISTE

sofia.png

Artiste autodidacte, et plus précisément illustratrice, Sofia Bonati vit au Royaume Uni et est née à Buenos Aires, en Argentine. Elle travaille l’illustration, la peinture et le design, et le travail qu’elle publie est principalement composé de portraits. D’ailleurs, on peut observer le « work in progress » sur behance, c’est intéressant.
J’ai trouvé une de ses illustrations sur Pinterest, et j’ai adoré la composition de ces portraits, les pommettes rouges, le regard profonds et les « fonds texturés avec motifs ».

« J’adore leur coté à la fois Art Nouveau comme un clin d’oeil à Klimt, et très actuel. » (quelques-choses.com)

@soffronia, behance.net/soffronia


UNE ESCAPADE

etiennest

Qu’on se le dise, St Etienne n’est pas la plus belle ville que j’ai visité, mais n’empêche qu’il y a quelques trucs chouettes, et en particulier le musée d’art contemporain et moderne. J’ai bcp aimé les expositions qu’il y avait, POPCORN, Jaume Plensa, Archéologie du présent et Peter Martensen.
Mais à St Etienne j’ai aussi aimé découvrir l’histoire du ruban au musée de l’art et de l’industrie, la tarte au praline, connaitre un peu plus l’univers de la mine, aiguiser mon esprit critique, trouver un fauteuil ultra confortable pour me poser un instant, mettre un casque jaune et prendre des photos sur un décor lunaire.


UN FILM

jackie
« un film réflexif qui montre que le style est une affaire politique » (Le Monde)

La fête du cinéma était un très bon prétexte pour y aller, et un cinéma d’art et essai proposait Jackie, une sorte de drame/biopic sur Jackie Kennedy après la mort de son mari, sorti il y a quelques mois. Que ce soit dans la réalisation, la narration, la reconstitution, le film est vraiment intéressant. J’ai beaucoup aimé Nathalie Portman et l’idée originale de varier les perspective (l’avant-pendant-après attentat).
 « Natalie Portman est souvent filmée en gros plan, la caméra centrée sur son visage qui exprime toute l’incompréhension, le choc et le vertige que représente sa situation à ces moments précis. Visuellement le film est très beau. »

synopsis : 22 Novembre 1963 : John F. Kennedy, 35ème président des États-Unis, vient d’être assassiné à Dallas. Confrontée à la violence de son deuil, sa veuve, Jacqueline Bouvier Kennedy, First Lady admirée pour son élégance et sa culture, tente d’en surmonter le traumatisme, décidée à mettre en lumière l’héritage politique du président et à célébrer l’homme qu’il fut.


UN TWEET
Capture d_écran 2017-06-18 à 00.34.33


sinon quoi de beau dans vos vies ? la mer ? des artistes ? des errances heureuses ?

la bise,
claire

bye may

hi!

« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir » Henri Matisse

mai17.png

Mai, c’est passé tellement vite : concours, début du bac, week end prolongés, soleil, copains et tout le reste.
Découvrir emmaüs, trouver des vinyles, inaugurer mon ciré jaune, visiter des musées à strasbourg, les fraises, la tarte au citron, les terrasses et le retour de skam aussi. C’était ça mai. Un mois à toute allure mais pas sans découvertes et ohlala que de surprises un article bazar pour en parler.

tumblr_o2rr46kji51rymr5wo1_500tous ces oraux et ces concours, apb le bac etc, une allégorie


UN  ARTISTE

guyy.png

Guy Catling est artiste et designer graphique britannique. Son « truc », c’est de transformer des photos vintage, noir et blanc souvent historique, en collages éclectiques, colorés. Que ce soit sur des gentlemen, des militaires, des travailleurs ou des monuments, Guy Catling réussit à donner un nouveau regard sur ces clichés en y ajoutant fleurs, couleurs, motifs qui contrastent.
J’adore les collages, et la perspective de ceux là est intéressante dans le sens ou art et histoire sont associés (« S’il ne s’agit pas d’oublier ces moments marquants de l’histoire, et encore moins d’en amoindrir l’impact, Catling tente de la réécrire d’une façon plus positive. »). Le contraste bw/couleurs ou fleurs marche aussi très bien je trouve, et rappelle le mouvement hippie.

« the hippie notion of replacing guns with flowers is the main theme of these photos, in which the added details make even the shadiest character look like a lovely person. »

guycatling.tumblr.com, flickr


UNE ESCAPADE

strasbouuuurg.png

J’ai appris avec joie que c’était la nuit des musées à Strasbourg lorsque j’y était pour un concours, et après 7h30 d’écriture (yayy) j’ai filé pour profiter de la ville. Et c’était super cool. Je suis allée au musée des beaux arts et au musée contemporain, en passant par un petit concert baroque (rigolez, mais c’est pas nul du tout) et quelques explication sur les natures mortes. C’était hyper intéressant, l’ambiance géniale et j’était vraiment contente de découvrir toutes ces réalisations artistiques que ce soit du classique, du surréalisme ou du contemporain.


UN FILM

bellabrown.png

J’ai regardé le merveilleux jardin de bella brown il y a quelques temps, et j’avais particulièrement aimé son coté un peu poétique, tendre, et assez influencé par Amélie Poulain (qui est mieux je pense, mais diffèrent), le tout dans un coté British que j’aime beaucoup. Bella brown travaille dans une bibliothèque, elle est un peu dans son monde mais lorsqu’elle doit se confronter aux fleurs et à son jardin, elle rencontre du monde blablabla et c’est cool.
L’esthétique du film est vraiment chouette, le film en lui même un peu long (pas des rebondissements incroyables) mais les personnages sont originaux, peut être un peu clichés mais singuliers, enfin j’aime leur personnalité artistique et le fait qu’il y ait plein de fleurs dans l’histoire.

synopsis : Bella Brown est une jeune femme pétillante, mais la vie n’est pas tendre avec elle. Alors qu’elle se voit menacée d’expulsion si elle ne s’occupe pas de son jardin totalement laissé à l’abandon, elle fait la connaissance de son riche voisin, Alfie Stephenson, un terrible grincheux qui s’avère être également un horticulteur hors-pair.


UN TWEET
Capture d’écran 2017-05-07 à 14.02.12.png


voilà, mai c’était l’aventure, des week-ends appréciables, le début du bac mais aussi le retour des beaux jours (donc ça s’équilibre un peu ahah), et vous qu’avez vous fait/découvert ?

la bise,
claire

bye april

hi !

« et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connait à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie » (Victor Hugo)

rfvg.png

Avril, le mois des fleurs du printemps du soleil de mon anniversaire des vacances de beaucoup de choses est ce qu’on s’en fout oui un peu cette phrase manque de ponctuation.
Avril, c’était cool, j’ai eu dix huit ans, pris un coup de soleil (mais la preuve qu’il y en avait !), vu plein de belles choses en italie (et mangé des glaces)(des pizzas)(et des pâtes aussi), cousu une jupe (jaune, trop belle), et puis voilà, j’aime bien le mois d’avril, et ça tombe bien c’est SON moment pour l’article bazar.

tumblr_ohz07crbq41s1mluxo1_500on me dit dans l’oreillette que j’ai eu 18 ans (?!?!?)


UNE ARTISTE

maria

Marta Bevacqua est une jeune photographe d’origine italienne qui vit sur Paris. Elle touche à plusieurs domaines (mode (dans Vogue Italie !), beauté, publicités, qq vidéos), mais finalement elle est surtout photographe de mode et artiste photo. Un grand sens de la mise en scène, beaucoup de créativité et d’inspiration (la nature, le monde qui l’entoure).

« Ça peut être une lumière particulière, un endroit, ou des détails que nous pouvons tous rencontrer à chaque coin de rue. Il m’arrive également de dénicher mes idées dans les livres (je suis une grande lectrice) les films, la musique, et aussi du travail des autres artistes qui ne sont pas forcément des photographes. Et une fois que j’ai mon idée je la développe toujours à ma manière. »

Je connaissais déjà son travail mais j’ai découvert il y a peu cette série : the deep dream.
Ambiance, nuances, lumières, couleurs nacrées, j’adore. J’ai hésité à vous présenter une autre série, ‘floralia’, que je trouve aussi magnifique, et plus généralement son travail est vraiment intéressant.

@martabevacquamartabevacquaphotography.com


UNE SERIE

dixpourcent

J’ai découvert un peu par hasard la série dix pour cent en mars et j’ai vraiment adoré la première saison. Je vous dit pas à quel point j’étais contente de voir juste après l’annonce de la saison 2, qui passe encore en ce moment. Alors gnagnagna série française bouh nul plus belle la vie tout ça. NON. Sans être une grande critique, je trouve le scénario cool, l’idée originale et les acteurs crédibles (camille cottin <3)(sachant que de « vrais » acteurs interviennent dans chaque épisode, puisqu’il s’agit d’une agence d’acteurs). C’est bien écrit aussi, dans le sens où c’est drôle, réaliste tout en étant un peu décalé. Il se passe plein de trucs et j’adore.

synopsis : Quatre agents de comédiens, aux personnalités hautes en couleur et aux vies personnelles compliquées, se battent au quotidien pour trouver les meilleurs rôles pour leurs prestigieux clients. Quand Camille, la fille illégitime de l’un d’entre eux, débarque à Paris pour chercher un boulot, cette dernière est alors plongée dans le quotidien mouvementé de l’agence et nous fait découvrir à travers son regard naïf les dessous de la célébrité…


UN VOYAGE

okokokokItalie = dolce vita ? Un peu oui, beaucoup même.

La région des grands lacs, ça ne m’évoquait pas grand chose avant de partir, mais il s’avère que c’est magnifique ! (lac majeur – isola madre – isola bella – verbania – etc)
Si les photos parlaient, elles diraient « ohlala les petites rues colorées (en plus des fois il y a même des fanions)(dingue) » / « les lacs sont tellement grand c bô les bateaux l’eau le soleil qui se reflète » / « les gars, arrêtez tout, on a trouvé les meilleures glaces » / « culture, châteaux, jardins, art, fleurs, îles ».


UN TWEET
Capture d_écran 2017-04-13 à 23.20.02


Avril c’était beau c’était bien c’était doux.
En parlant de productivité, c’est pas fou ce rythme de publication mais on fait comme on peut. En attendant, il y deux blogs trop cools que vous pouvez aller lire, seafoaming.com écrit par Abby et celui de garance ici.

à bientôt pour de nouvelles aventures,
claire

bye march

holà

« les chefs-d’oeuvre ne sont jamais que des tentatives heureuses » G. Sand

kqjgher.jpg

wow encore un mois qui est passé + que vite ! la fin des vacances, du dossier, d’apb, les conférences, le retour du printemps, les anniversaire, les copains
impression que les semaines défilent MAIS oh il suffit de regarder un peu en arrière pour voir qu’il se passe plein de choses : cinéma, conférence sur les musées d’aujourd’hui (intéressant +++), l’Europe, un peu d’indépendance, des musées, paris, et donc des découvertes = article bazar

tumblr_nyqag0kouo1rf0shko2_500
qd je sens mes lettres de motivation trop formelles


UN ARTISTE

artmars.png

Très visuel ce mois ci, avec ces magnifiques clichés de la série mountains of gold par Florian W. Mueller. Un « sublime hommage aux Alpes et aux montagnes » réalisé à partir de photographies auxquelles il ajoute des pointes de doré à la retouche. FWM est un photographe allemand épris de recherche d’inhabituel dans l’ordinaire et dont le travail est synonyme d’évocation de pensées, associations, émotions et souvenirs. Il concentre ses travaux sur l’architecture, les paysages, personnes et sur l’abstrait.
Mais c’est vraiment ces clichés de montagne que j’aime j’aime j’aime, les couleurs la grandeur je : 💛.

“In times of an endless flood of images and greed for perfection I see the necessity to look into an entirely different direction: The images is not enough, it is the abstraction and the individual view of the beholder, together they reach into and below the surface of customary patterns of conception.”

iso74.com, @iso74com


UNE ESCAPADE

paname.png

trois jours de paris, de métro, de musées, de marche, de découverte, de redécouverte, de rire, de loic prigent au bon marché, d’impressionnisme au musée d’Orsay, de vue au centre pompidou, de détours dans le onzième, de serres au jardin des plantes, de science à la galerie de l’évolution, d’escalators dans les grands magasins.
c’était chouette, c’était ❤️, c’était paris.

entendu

j’ai dit Loic prigent parce que eh, au bon marché, ses répliques constituaient une « exposition ». J’aime beaucoup ce qu’il fait, la façon dont les répliques qu’il decontextualise apparaissent complètement improbable (et n’oublions pas ses très bons documentaires) et c’était assez cool. Parler d’exposition oui et non, des phrases dans le magasins et bcp (bcp) de produits dérivés. Loic prigent est journaliste de mode et  « depuis 2012, il met en lumière les conversations entendues dans les coulisses de l’univers de la mode » et ce n’est pas toujours ce qu’on pourrait croire.
« « entendu au bon marché » présente les conversations recueillies par loic prigent lors de  ses déambulations au coeur du magasin. dans un esprit facétieux et savoureux, nous découvrons des échanges teintés de drôlerie et d’impertinence. à l’image de la neutralité d’une page blanche et d’une installation minimaliste laissant place a l’humour accueille une collection d’objets souvenirs sur lesquels les mots ravissent l’imaginaire. »


UN FILM

labellleetlabeteeeee

aller voir la belle et la bête, c’était un peu comme avoir six ans, et se rendre à quel point c’est chouette. les couleurs, les chants, l’histoire, finalement j’ai beaucoup aimé l’esthétisme et la dynamique du film ! c’est très « wow » parfois, on en prend plein les yeux entre couleurs danses etc (et surtout j’étais près de l’écran), il y a ce coté un peu magique, l’aspect « histoire de mon enfance » (+ emma watson)(!!!)
on est vraiment pas sur une critique objective, car telle une enfant de six ans je me suis laissée embarquée pendant 2h (le film ne parait pourtant pas si long)

synopsis : Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S’étant perdu une nuit dans la fôret, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui le jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d’amour pour elle, mais victime d’une terrible malédiction.

+ il y a eu le printemps de cinéma et je suis allé voir the lost city of Z, un film qui retrace les conquêtes britanniques de la foret amazonienne par P. Fawcett,  explorateurs du XXe siècle qui va cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie puis se prendre de passion pour l’exploration et la civilisation qu’il découvre. Vraiment très intéressant, intense, intriguant, ce film vaut le détour.


UN TWEET
Capture d’écran 2017-03-08 à 21.37.12.png


voilà pour mars, ses moments cool et son air de printemps (c’est pour la poésie, il a grave plu en fait), j’espère que le vôtre a aussi eu ses moments de gloire, racontez moi un peu !
+ i know je fais pas des articles hyper variés ou originaux, mais si je trouve le temps j’ai plein d’idées d’articles (tout le monde est super avancé yay)(juste pour dire que je ne me complais pas dans ce rythme routinier).

la bise amigos,
claire