bye december

hi !

« le bonheur le plus doux est celui que l’on partage » (J. Delille)

decembtr

quoi de plus chouette que décembre ? ambiance, illuminations, calendrier de l’avent, vacances, noël, nouvel an !
j’aime trop cette période, c’est chaleureux et j’ai l’impression que tout le monde y met un peu du sien, et c’est cool.
que dire d’autre ? artistes et sorties, copains et séries, ah oui si je suis allée au musée d’art contemporain, c’était particulier (j’avoue j’ai ri pour « lobbing potatoes at a gong » de Rodney Graham), et je suis allée au concert d’agar agar (ici) que j’ai adoré ! et c’est donc le retour de l’article bazaaaaar.

tumblr_nz6nkp7f4m1rq0r8go1_5007quand je me demande si j’ai le droit de chanter let it snow


UN ARTISTE

bethartisy

wow ! ces collages sont ultra cool ! et c’est l’oeuvre de Beth Hoeckel !
Diplomée de la carver center for arts mais aussi de le school of the art institute de chicago, Beth a étudié l’art de la peinture et de la photographie et est désormais une artiste qui a a « su se démarquer avec ses créations de collages surréalistes et infiniment poétiques ». Onirique c’est aussi le mot, c’est ça les rêves, des collages surréalistes de l’imaginaire, non ?
Quand on fait du collage il faut savoir apprécier le bazar à sa juste valeur, beth parle d’un « ordre chaotique » (d’ailleurs je traduis une interview turque, apprécions mes investigations lol).
Il y a une réelle recherche dans les couleurs, les contrastes qui apportent beaucoup à l’atmosphère d’une oeuvre et plusieurs recombinaisons sont parfois nécessaires. Il y a une forme d’instinct aussi, de gout, de visuel, et une volonté de susciter une pensée, une émotion.
J’aime beaucoup la série POINT OF VIEW, les images m’ont vraiment intriguée et j’adore la démarche du collage, cette recherche justement. D’ailleurs Beth Hoeckel travaille plutôt manuellement, à partir de magazines, livre, journaux des années 1920, 1960 et parfois 70-80, et ça explique l’aspect un peu rétro nostalgique de ses collages.

bethhoeckel.com, @bethhoeckel


UNE SERIE

dowwntownabbey

DOWNTOWN ABBEY c’est plus que 💛. L’accent british, la vie aristocratique et populaire au début du XXe siècle, une série « brillante, intelligente, captivante, intéressante » (je n’aurai pas dit mieux donc je cite oui).
j’aime : le scénario, les acteurs, l’humour, le point de vue du monde aristocratique et des domestiques, les décors, les coutumes, l’accent, les personnages, la subtilité, l’aspect historique (première guerre mondiale, révolution russe, épidémies), les dialogues, l’intégration du progrès (social et technique).
ok j’avoue je regrette parfois les transitions musicales un peu trop franches mais si c’est ça mon seul reproche ça devrait aller (esprit critique : nul).
je recommande +++

synopsis : Les héritiers de Downton Abbey ayant péri lors du naufrage du Titanic, la famille Crawley se retrouve dans une position délicate, les trois descendantes ne pouvant prétendre au titre de Lord Grantham. Or, le titre, le domaine et la fortune de la famille sont indissociables. Matthew Crawley, nouveau successeur et lointain cousin, arrive à Downton Abbey. Il y découvre un style de vie nouveau, avec des règles très strictes qui régissent la vie entre aristocrates et serviteurs.


UN FILM

monalisasmile

LE SOURIRE DE MONA LISA : je devais avoir cinq ans quand le film est sorti, je ne sais pas si c’est un vieux film (??)(non), mais en l’ayant regardé deux fois je le trouve toujours aussi cool. pourquoi ? parce que ça parle d’art, de regard sur l’art, d’histoire de l’art, parce que ça montre l’idée de la femme dans les années 50, des étudiantes surtout, et que «education is the most powerful weapon which you can use to change the world ».
Certes il y a du cliché, certes le scénario aurait pu être « mieux exploré », mais essayer de mettre en perspective la société de l’époque en l’ouvrant à l’art et la culture m’a plu.

synopsis : En 1953, Katherine Watson, une jeune femme libre d’esprit, fraîchement diplômée de l’université de Bekerley, intègre la prestigieuse école pour filles de Wellesley pour enseigner l’histoire de l’art. Déterminée à affronter les moeurs dépassés de la société et de l’institution, elle va insufler à ses étudiantes, dont Betty et Joan, l’envie de se dépasser et d’avoir le courage de mener l’existence qu’elles souhaitent réellement vivre.


UN TWEET
capture-decran-2016-10-25-a-10-18-00


en attendant la prochaine, racontez moi votre décembre, les découvertes/musées/films/musiques !

la bise,
claire

Publicités

10 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s